Hallux Valgus(ou Oignon du Pied)

Hallux Valgus

Définition, Causes & Origines

L’Hallux Valgus est la maladie ou la déformation du pied la plus fréquente. Il s’agit de l'inclinaison du gros orteil (hallux) en externe (valgus) vers le deuxième orteil. Cette déformation crée une bosse ou oignon ou bunion en interne. C’est cette bosse disgracieuse et douloureuse qui gêne et handicape les patients.

Quelques chiffres personnels

8750
Hallux-Valgus opérés par le Dr Coillard
45min
Durée moyenne de l'opération
3 à 6
Nombre de semaines de rétablissement

On ne connaît pas exactement l’origine ou la cause de cette déformation. Il s’agit peut être d’une malformation congénitale osseuse ou articulaire. Ainsi les personnes hyperlaxe seraient plus disposées à cette déformation et à sa récidive. Le sexe semble être un facteur important puisque les femme en sont plus exposées. mais en aucune façon on ne doit les rendre responsables part le port de chaussures à bouts pointus ou à talon. Ces chaussures aggravent les douleurs mais en aucune façon n’interviennent dans la genèse de cette pathologie. Il ne faut pas culpabiliser les femmes qui sont les victimes de l’hallux valgus plus que les responsables. N’oublions pas que 10% des patients sont des femmes de moins de 18 ans qui n’ont porté que des tennis ou basket que 5% sont des hommes peut suspects de porter des chaussures à talon aiguille...

Ne pas culpabiliser.

Diagnostic

Le patient se rend très vite compte du problème, d’abord par la simple constatation de la déformation puis par l’apparition des douleurs de la bosse qui devient rouge et douloureuse au chaussage. C’est la bursite.

Douleurs

La déformation de l’hallux valgus n’est pas grave en soit mais malheureusement elle est à l’origine de deux types de complications.

Les douleurs: la bosse devient vite encombrante dans une chaussure, le frottement crée une inflammation au sommet de la bosse qui peut devenir volumineuse, c’est la bursite. Cette douleurs handicape le patient qui ne peut plus se chausser facilement et l’oblige à porter des chaussures larges et quelques fous ouvertes.

Les déformations associées secondaires: la déformation du gros orteil peut avec le temps engendrer deux autres pathologies :
- les déformations des petits orteils ou griffes d’orteils
- les durillons plantaires ou métatarsalgies

Traitements

A - Traitements chirurgicaux

Le traitement de référence de l’hallux valgus est la chirurgie. Il faut absolument réaxer le gros orteil en découpant les os (ostéotomie) et en les replaçant dans le bon axe et parfois par sécurité en les fixant avec des vis, agrafe, broche, plaque... Chemin faisant, il faudra aussi libérer les articulations enraidies (arthrolyse) et allonger des tendons rétractés (ténotomies).  Pour cela différentes techniques éprouvées et validées scientifiquement s’offrent au chirurgien. Ce dernier peut choisir en fonction de ses habitudes, en fonction du patient ou des déformations. Il peut surtout panacher les techniques pour obtenir le meilleur résultat.

Technique mini-invasive :

Quelques vidéos pour mieux comprendre

Histoire évolutive de l'hallux valgus et complications

L'ostéotomie de la première phalange du gros orteil

L'ostéotomie en chevron

L'ostéotomie de SCARF

Les techniques mini-invasives sont des techniques chirurgicales contrôlées par les yeux du chirurgiens. Celui-ci découpe les os déformés et les replace en meilleurs positions puis les fixe avec des vis ou tout autre matériel chirurgical (plaques, broches…). Tout peut être programmé avant l’opération. Ces techniques sont validées par des études scientifiques avec un grand recul. C’est assurément des techniques très fiables.

Technique percutanée

Les médecins ont toujours cherchés à obtenir d’aussi bons résultats mais en limitant les effets parfois désagréables des ouvertures conséquentes. C’est l’esprit de la chirurgie mini-invasive ou percutanée. Le but est d’obtenir les mêmes résultats en ouvrant moins, en utilisant moins de matériel qu’en ouvrant largement. Ces techniques sont connues depuis longtemps mais fiable depuis peu. Maintenant les premières études scientifiques comparatives révèlent que les résultats sont similaires. Mais bien entendu le recul pour la chirurgie mini invasive et percutanée est moins important.
Il faut noter que la chirurgie mini-invasive ou percutanée nécessite des contrôle radiologique plus fréquent pendant l’opération. Les patients sont donc soumis à des doses plus importantes de rayons X.

Quelques vidéos pour mieux comprendre

Hallux valgus percutané

Mais il faut retenir que dans une majorité de cas, les chirurgiens utilisent maintenant une association des deux techniques. On parle de chirurgie mixte. Les deux techniques se complètent fort bien. En d‘autres termes, rares sont les chirurgiens spécialisés qui n’utilisent que les techniques classiques ou que les techniques mini-invasive ou percutanée de façon dogmatique.

B - Traitements non chirurgicaux ou médicaux

Les traitements médicaux ont une petite place dans l’hallux valgus. On peut les utiliser en cas de déformation débutante, d’âges extrêmes, de périodes de contre indication absolue à la chirurgie ou simplement en cas de refus personnel.

Les orthèses rigides

Ces orthèses rigides ne peuvent ni empêcher ni réduire un hallux valgus. Elles limitent seulement au mieux les poussées douloureuses. Elles se portent la nuit ou au domicile car aucune chaussure ne peut les accepter.

Les semelles ou orthèses plantaires

Là encore les semelles ne peuvent pas réduire un hallux valgus. Elles limitent les douleurs plantaires ou réduisent une déformation qui majore l’hallux valgus (pied plat).

Les chaussures othopédiques

Comme on peut l’imaginer, la confection et le port de chaussures orthopédiques sur mesure ne se conçoit que pour des patients présentant des déformations « historiques » dans des contextes très particuliers (maladies mentales, diabète avancé…).

FAQ

Pourquoi le gros orteil se déforme t’il ?

Personne ne le sait vraiment mais ce qui est sûr c’est que ni les chaussures ni le sport ni la sédentarité n’en sont responsable. Il existe manifestement une prédisposition pour le sexe féminin et pour certaines familles. Peut être s’agit il d’une anomalie congénitale ou héréditaire ? on le saura peut être un jour… Mais il est fréquent de constater une malformation de la tête du premier métatarsien surtout chez les jeunes et que sa correction chirurgicale réaligne le gros orteil.

L’enchainement des déformations

Tout semble commencer par l’apparition d’une bosse sur le bord interne du gros orteil. Cette déformation déstabilise l’avant pied. On constate alors une bascule externe du gros orteil. Les petits orteils ont tendance à suivre la même déformation ou à se recroqueviller en griffe ou marteau. Se développe en même temps des douleurs sous le pied, on parle de métatarsalgies. Puis apparaissent des durillons plantaires souvent très douloureux. Enfin, le deuxième orteil passe sur le gros orteil…

Quelques vidéos pour mieux comprendre

Qui et quand opérer?

Il faut opérer un hallux valgus qui fait mal. Il n’y a pas de place pour la chirurgie préventive et encore moins pour la chirurgie esthétique.
Donc soit le patient souffre, ne peut plus se chausser, ni faire du sport, ni travailler alors il peut envisager une intervention chirurgicale après avis spécialisé. Il n’y a jamais d’urgence pour ce type d’opération. Prendre son temps est recommandé pour s’organiser à la maison, dans son travail…

Peut on opérer les deux pieds en même temps ?

Techniquement oui mais en réalité c’est une mauvaise solution. En voici quelques exemples :
Opérer les deux pieds en même temps :
- augmente les risques opératoires (infections, phlébites…)
- retarde le lever et la marche.
- Augmente le temps opératoire
- Est incompatible avec la chirurgie ambulatoire et les anesthésies loco régionale (anesthésie locale) qui pourtant sont un réel progrès tant sur les complications que sur le contrôle des douleurs post opératoires.
- Force à opérer le deuxième pied alors que le deuxième est rarement au même stade de déformation que le pied douloureux.

Quel type d’anesthésie recommander ?

L’anesthésie locale (locorégionale) a transformé nos pratiques et est parfaitement adapté à la chirurgie ambulatoire et au contrôle moderne des douleurs post opératoires.

La chirurgie du pied et particulièrement de l’hallux valgus est elle douloureuse ?

Traditionnellement la chirurgie des extrémités est douloureuse. C’est surtout vrai pour le pied. Mais la chirurgie mini invasive et surtout l’anesthésie loco régionale (locale) ont transformé les suites opératoires. Autrefois, au réveil d’une anesthésie générale, les patients décrivait des douleurs très importantes. Maintenant on endort l’organe (le pied) et on l’opère endormi… Quand il se réveille, plusieurs heures après, les médicaments antalgiques contrôlent déjà les douleurs et il n’y a plus de réveil douloureux. De plus nous avons maintenant des médicaments très efficaces en post opératoire et même nous disposons de Morphine en comprimés. Donc oui c’était une chirurgie douloureuse mais tout à changer depuis les nouvelles techniques d’anesthésie et les médicaments puissant en comprimés.

Chirurgie ambulatoire ou hospitalisation classique ?

La chirurgie ambulatoire en chirurgie du pied paraissait inadaptée puisque le patient doit sortir le soir en marchant… Nous avons mis du temps à nous adapter à ces nouvelles techniques pourtant largement répandues dans le reste du monde. Mais poussés par nos tutelles nous avons opté pour l’ambulatoire et le résulta est excellent pour tout le monde. Quoi de mieux pour le patient que de rentrer dormir chez lui ?
Surtout si il pose au moins l’autre pied au sol. Les anesthésie modernes dites loco régionales ont transformé les suites, moins de douleurs, moins d’effets secondaires des anesthésies générales…

Quand peut on remarcher ?

Cela dépend du type de déformation et de la technique chirurgicale. Dans l’ensemble le patient peut poser le pied immédiatement ou avec un léger différé de quelques jours. Mais attention, après une opération il faut prévoir une période de calme à la maison le pied surélevé pour limiter les saignements, l’œdème, les douleurs et les déplacements secondaires du montage chirurgical.

Quand peut on se rechausser ?

Raisonnablement, on peut mettre une chaussure de confort type «tennis ou baskets» à l’ablation du pansement c’est à dire à la fin du premier mois.

Quand peut on reprendre le travail ?

Pour la sécurité social, les recommandations limitent la durée de travail à 42 jours post opératoire pour un pied simple (peut déformé) et un travail ne nécessitant pas de porter des charges lourdes. Mais rien n’empêche un patient à reprendre plus tôt si son organisation professionnel le permet.

Quand peut on reconduire ?

A priori et habituellement à la fin du premier mois par sécurité. Pour freiner il faut avoir récupérer toute sa force et que le montage soit consolidé.
Renseignements anesthésie